Le 06 octobre 2016

Journées Nationales des Offices de Tourisme : que retenir ?

Les « journées des Offices de Tourisme » (JOT) organisées par Offices de Tourisme de France se sont déroulées au sein de la nouvelle région Auvergne-Rhône-Alpes, à Saint-Etienne, le 29 et 30 septembre derniers. Ouvertes pour la première fois à tous les décideurs du tourisme au sein des territoires (Directeurs/rices d’OT, élus de collectivités, Directeurs Généraux de Services…), elles ont été l’occasion de débattre des regroupements de structures, du management des équipes à réorganiser, des questions de marketing territorial… Objectif affiché au cours des différents ateliers : aider les décideurs publics locaux à prendre davantage la mesure des réalités actuelles de l’économie touristiques. Résumé de quelques ateliers.

  • Atelier « Cartographie des compétences »

Afin d’aider les responsables d’OT à mieux appréhender les restructuration à venir, Offices de Tourisme de France accompagné du Cabinet Orizon (Denis CHAUMAT) a présenté un outil permettant de cartographier les compétences de l’ensemble de ses collaborateurs . Basé sur le référentiel « activités responsabilités » qui recense toutes les activités/missions pouvant être exercées en OT, cet outil permet de mettre en lumière et lister les potentialités de chaque collaborateur et ainsi servir de base de réflexion pour  réorganiser les missions de chacun de façon efficiente. Pour aider chaque territoire intéressé par l’outil à mieux se l’approprier, la Fédération proposera prochainement des formations.

 

  • Atelier « Actualité de la convention collective »

Durant cet atelier, Danielle BONNET, Directrice administrative d’OTF, et Jean-Pierre BŒUF, Directeur de l’Office de Tourisme Arles-Camargue ont rappelé les rôles des différentes instances paritaires :

-  La commission mixte paritaire : instance de négociation de la branche, elle se réunit une douzaine de fois par an.

-  La commission paritaire nationale de l’emploi et de la formation professionnelle : sa finalité est de favoriser le développement du dialogue social dans le champ de l’emploi et de la formation professionnelle mais également d’assurer la mission d’observation prospective des métiers et des qualifications.

- La section paritaire professionnelle : organe représentatif de la branche au sein de l’OPCA (Agefos PME), il met en œuvre la politique de la formation et se réunit quatre fois par an.

-  L’observatoire prospectif des métiers et qualifications : son but est d’élaborer la politique de la formation et de l’emploi en réalisant notamment des études et analyses des métiers/emplois actuels.

Cet atelier a également permis de faire un point sur les derniers accords de la branche signés :

Accord de branche n°13 sur les conditions d’emploi et de travail à temps partiel

Accord du 15 septembre 2015 sur l’instauration de la couverture santé obligatoire pour tous les salariés

- La convention d’engagement professionnelle avec Agefos

Danielle BONNET a également présenté la nouvelle stratégie de la Fédération en matière de professionnalisation avec la mise en place notamment de nouvelles certifications : titre « Chargé de projets e-tourisme » ; projet de certification sur « Les accueils » en cours et travail sur un parcours de formation pour les managers.

 

  • Atelier «Manager dans un contexte de changement et de restructuration d’équipe »

Comme le dit la formatrice sur sa page Facebook, le sujet du changement lui tient beaucoup à cœur. Il a mauvaise presse, fait parler de lui, crée des résistances autour de lui, génère des peurs et parfois des pleurs. Autant de raisons pour elle d’encourager les participants à l’atelier à réaliser une mini-introspection en s’interrogeant sur la notion de changement et la façon dont chacun la vit.
Pourquoi ? Parce que derrière tout changement se cache une grande opportunité, celle d'être nous-mêmes. Etre le changement, c’est dire oui à ce que je suis, dire oui à ce qui est. Suivre le changement c'est l'écouter, se laisser bercer, c'est accueillir et agir. L'action sera ce qu'elle devra être, fidèle à mes valeurs, à mes besoins, à ce que je suis.
A l’inverse, dire non au changement c'est renoncer à ce qui est, et c’est dans ce renoncement que réside l’idée d'abandon ou parfois de résistance. Abandonner revient toujours à baisser les bras et éteindre les quelques étincelles qui restent en soi.
S’appuyant sur plusieurs citations dont celle de Gandhi*, elle encourage l’auditoire à accepter le changement, et au-delà à accepter le fait qu’il puisse être chahutant, désagréable et en même temps qu’il donne l'immense possibilité d'être soi-même.
* « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde »


  • Atelier « Jeter les bases d’un observatoire des retombées économiques du tourisme local »

Avant toute mise en place d’un observatoire local, Hugue Beeseau, Directeur du pôle Prospective et Innovation de Rhône-Alpes Tourisme, a tenu à rappeler les quelques questions de bon sens à se poser pour maximiser l’efficience de l’outil. L’objectif était que chaque participant reparte avec la compréhension des enjeux, des défis et objectifs à se fixer.

Observer oui, mais pourquoi et pour qui ?
Pourquoi veut-on observer ?

- Par simple curiosité.
- Pour répondre à une obligation réglementaire.
- Pour évaluer la place du tourisme sur le territoire.
- Pour répondre à une demande des professionnels du tourisme.
- Pour répondre à une demande d’élu local.
- Pour répondre aux interrogations de futurs investisseurs sur le territoire.
- Pour mesurer l’impact d’un événement, d’une manifestation.
-  Pour mettre en place une stratégie de développement, une stratégie marketing, une stratégie commerciale, une stratégie de communication.

Pour qui veut-on observer ?
-  Pour son propre compte.
-  Pour le compte d’une structure dans le cadre de la mise en place d’une stratégie de développement, d’une stratégie marketing, d’une stratégie commerciale, d’une stratégie de communication.
-  Pour le compte d’un tiers (professionnels, étudiants, institutionnels, élus, presse...).
- Pour le grand public.

Que veut-on faire des résultats de l’observation ?
- A qui communiquer, pour quel(s) usage(s) ?
- Comment communiquer les résultats ?
- Quelle(s) action(s) pourrons-nous mettre en place ?

Observer oui, mais quoi ?
Que veut-on observer ?

- Sur quel territoire ?
- Sur quelle(s)période(s) ?
- Sur quelle(s) activité(s) ?

Quid des données ?
-  De quelles informations aurons-nous besoin en fonction de ce que l’on veut observer ?
-  Les données sont-elles disponibles ?
-  Sont-elles aisément accessibles ?
- D’autres données équivalentes existent-elles ?

Observer oui, mais comment ?
La démarche sera-t-elle durable ?

- Quels outils doit-on mettre en œuvre pour répondre aux objectifs fixés (recensement, tableau de bord, enquêtes auprès des clientèles, des professionnels...) ?
-  Quelles sont les conditions de mise en œuvre (organisation ; temporalité ; savoir-faire et compétences ; travail réalisé en interne, avec un apport extérieur, confié en totalité…),
- Quelle est la réelle faisabilité ?
-  Avec qui travailler ?

Quel sont les coûts de la démarche ?
Quel est le coût de l’observation proprement dite ?

- Quel est le coût de la restitution, de la communication et de  l’appropriation des résultats ?
- Quels sont les impacts au niveau des actions pressenties à mettre en œuvre (organisation, animation, investissements, fonctionnements…) ?

Synthèse et décision : au final, la valeur ajoutée de notre observation vaut-elle le coup, le coût ?

Vous pourrez retrouver prochainement le contenu de l’ensemble des ateliers en ligne sur le site www.offices-de-tourisme-de-france.org

 
 
Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de mesurer la fréquentation de nos services, d’optimiser les fonctionnalités du site et de vous proposer des offres adaptées à vos centres d’intérêt. En savoir plus.